Commentaires 0 Favoris 0

Le retour au travail après les vacances: comment le faciliter ?

Concilitation Travail enrichissant Vacances
Partager la ressource

Après les vacances estivales, certaines personnes sont naturellement enthousiastes et emballées à l’idée de recommencer à travailler alors que d’autres trouvent cette transition plutôt difficile. En fait, tout dépend de la façon dont le retour est envisagé. Lorsqu’il y a de nouveaux défis à relever et des projets stimulants, la motivation est souvent au rendez-vous. Puis, lorsqu’il y a de la nostalgie à comparer l’expérience qui vient d’être vécue dans le contexte des vacances (horaire flexible, davantage de liberté, etc.) avec ce qui est à venir (horaire réglé, charge de travail, etc.) … le contraste peut être assez drastique !

Afin que la nostalgie des vacances laisse plus facilement place à une perspective motivante et stimulante, la réflexion suivante peut être une façon positive d'amorcer le retour :


IDENTIFIER SES SOURCES DE SATISFACTION AU TRAVAIL

En fait, il s'agit de se demander :

« Qu'est-ce qui fera en sorte que je serai enthousiaste et stimulé(e) dans mon travail dans les mois à venir ? »

Exemples de réponses :

  • Je serai en action : impliqué(e) dans diverses activités (comité, projet, association, etc.)
  • Je me fixerai des objectifs et je travaillerai à les atteindre (améliorer ma façon d'exécuter un aspect spécifique de mon travail, réussir à accomplir une nouvelle tâche, etc.)
  • Je maîtriserai mieux mon travail, ma profession, ma pratique (développer de nouvelles habiletés et compétences, parfaire ses connaissances, etc.)

En réalité, la réponse à cette question aide à faire ressortir les éléments qui correspondent aux besoins d'accomplissement et de réalisation. Ensuite, il s'agit de voir comment les traduire en objectifs et en actions dans le cadre du travail tout en prenant en charge la responsabilité d'y répondre par soi-même.

 

IDENTIFIER SES SOURCES DE MIEUX-ÊTRE AU TRAVAIL

Il s'agit de répondre à la question suivante :

« Quels sont les moments dans lesquels je me sens bien et heureux/heureuse au travail ? »

Exemples de réponses :

  • Lorsque j'utilise ma créativité pour résoudre des problèmes
  • Lorsque entre collègues on communique efficacement et qu'il n'y a pas de malentendus
  • Lorsque je mets en pratique des techniques de gestion du stress
  • Lorsque je prends le temps de bien définir mes priorités et que j'évite de me laisser emporter dans le « tourbillon » de toutes les choses à faire, etc.

En prenant le temps d'analyser ces contextes (avec qui, où, comment, qu'est-ce je fais, etc.), il devient plus facile de savoir comment s'y prendre pour re-créer le plus possible ce type de contextes et chercher des façons d'en augmenter, au quotidien, la fréquence dans sa vie au travail.


IDENTIFIER SES RESSOURCES PERSONNELLES POUR FAIRE FACE AUX DIFFICULTÉS

Lorsqu'un moment en particulier de l'année de travail a été plus difficile et plus exigeant ou que des difficultés ont été vécues, il est pertinent de s'interroger :

    • « Qu'est-ce que cette période m'a appris sur moi ? »
    • « Qu'est-ce que j'avais fait qui avait été aidant ? »
    • « Y a t-il quelque chose que je pourrais faire, à titre préventif, afin d'éviter le plus possible de me retrouver dans une situation similaire ? »

Puis, de bien garder en tête les réponses à ces questions afin que les expériences passées et nos ressources puissent être à nouveau utilisées pour prévenir et/ou s'adapter à d'éventuelles difficultés qui pourraient survenir.


DE L'ANXIÉTÉ À L'IDÉE DE RECOMMENCER LE TRAVAIL ?

Il arrive aussi que certaines personnes ressentent une anxiété à l'idée de reprendre le travail. Dans de tels cas, un retour désagréable est souvent anticipé, et en réalité, de façon plus ou moins consciente, la personne qui vit ce malaise n'est pas tout à fait certaine de vouloir ou de pouvoir y faire face.

Généralement, une situation problématique existe et son ampleur est pourtant bien connue avant même de débuter les vacances. Toutefois, il arrive que des personnes entretiennent des attentes irréalistes par rapport à l'effet que les vacances pourraient avoir. Par exemple, que les vacances procureront tout le répit nécessaire et qu'après cette agréable période loin du travail, que le problème se sera dissipé de lui-même. Cependant, au retour, la réalité risque d'être toute autre et dès que le problème se fait sentir à nouveau, la nécessité de l'affronter devient de plus en plus présente et incontournable, puis l'anxiété augmente.

Dans un tel contexte, il est essentiel de prendre un recul et se donner le temps de bien cerner le véritable problème. Ensuite, il est nécessaire d'identifier les actions concrètes susceptibles d'améliorer et/ou de résoudre la situation problématique. Enfin, il est bon de se rappeler que l'anxiété signale toujours quelque chose. Prendre le temps de la décoder pour ensuite se mobiliser à modifier la situation, puis passer à l'action, constitue une des meilleures façons de réagir à l'anxiété et d'ainsi la faire diminuer.


Dominique Champoux, psychologue 

0 commentaire