Commentaires 0 Favoris 0

Le coaching : Une pratique de gestion qui favorise l’épanouissement et la santé au travail

Leadership Communication
Partager la ressource

Un défi majeur pour les entreprises actuelles consiste à accroître le rendement et la productivité tout en naviguant dans un environnement en constante mouvance. Une stratégie éprouvée pour répondre à ce défi est de miser sur la santé globale de son entreprise. En effet, plusieurs études empiriques ont démontré une corrélation importante entre le mieux-être des travailleurs et la productivité de l’entreprise. Investir dans la prévention et la promotion de pratiques de gestion favorisant le mieux-être au travail, la mobilisation et l’engagement, promettrait des retombées favorables d’envergure sur la santé financière de l’entreprise.

  

Le coaching : une saine pratique de gestion

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à intégrer le coaching comme saine pratique de gestion, pour favoriser le développement du potentiel et l'épanouissement des employés. Le coaching permet d'accompagner l'individu dans l'atteinte d'objectifs précis, le développement de compétences ciblées, la modification de ses comportements et l'instauration de changements cohérents avec son plan professionnel. Cette pratique s'alimente des compétences de l'individu, misant sur les points forts et sur les aptitudes plutôt que sur les limites et faiblesses. Par son regard externe, son écoute active, sa neutralité et sa crédibilité, le coach supporte l'individu dans la prise de conscience des problématiques et des enjeux organisationnels, puis l'accompagne dans la création de solutions adaptées ainsi que dans le passage à l'action.

De cette façon, le coaching procure un suivi non seulement personnalisé, mais aligné avec les objectifs de l'organisation.

De cette démarche rigoureuse, le « coaché » retire des bénéfices durables, pour ne nommer que le développement de compétences cohérentes avec son cheminement professionnel et l'appropriation d'outils personnalisés à sa réalité organisationnelle. De plus, la pratique du coaching se veut un moyen efficace de valoriser le caractère unique de chaque personne, favorisant le sentiment de compétence, l'épanouissement au travail et la reconnaissance, pour ainsi réduire l'incidence de facteurs de risque pour la santé psychologique et promouvoir la santé tant individuelle qu'organisationnelle.

 

Le coaching : à quelle sauce ?

Le développement du leadership est un des objectifs les plus souvent visés par une démarche de coaching. Pourquoi ?

Parce que les habiletés de leadership du gestionnaire sont reconnues pour être au cœur d'une organisation en santé. En effet, il a été démontré que le leadership influence largement la santé psychologique au travail, en réduisant l'exposition des employés aux facteurs de risque organisationnels tels que la charge de travail, les conflits interpersonnels, le manque de support ou de reconnaissance.

Par contre, plusieurs autres objectifs peuvent être adressé via une démarche de coaching :

  • Améliorer la communication
  • Stimuler la reconnaissance au travail
  • Assurer une meilleure gestion des changements et des transitions
  • Optimiser la gestion du temps et des priorités
  • Bien gérer le stress
  • Favoriser l'esprit d'équipe
  • Allier savoir-faire et savoir-être
  • Accroître l'intelligence émotionnelle et intuitive

Il apparaît important de distinguer la pratique du coaching de celle du mentorat. En effet, le coaching cible des compétences et/ou comportements précis à améliorer dans un cadre temporel plus restreint et où l'acquisition de ceux-ci marque la fin de la démarche. Le mentorat, quant à lui, se veut davantage un accompagnement à long terme, visant la progression dans une organisation, d'après une trajectoire définie. Ainsi, les mentors s'avèrent habituellement des experts de l'organisation et de son contenu, alors que les coachs sont davantage des experts de la démarche.

« Les bons gestionnaires ne sont pas nés ainsi. Ils le deviennent, et ce, principalement par eux-mêmes. » (McCall et al., 1988)

Il est important de mentionner que le succès d'une démarche de coaching repose en premier lieu sur la responsabilisation et l'imputabilité du « coaché ». Certes, ce dernier est accompagné du coach, mais sa volonté et ses actions rendront compte de la réussite de la démarche. Le coach, quant à lui, doit démontrer une bonne compréhension de la situation organisationnelle ainsi qu'une lecture appropriée de la réalité, des compétences et des objectifs du « coaché ».

Ensuite, pour pleinement évaluer les bénéfices du coaching, il est essentiel d'en mesurer les retombées. N'oubliez donc pas de réunir quelques indicateurs pertinents et intimement liés aux objectifs recherchés par le recours à un coach. Non seulement vous légitimerez la démarche, mais vous récolterez la fierté de constater les progrès concrètement effectués.

En conclusion, dans un marché où les défis sont gigantesques et où le capital humain s'avère un avantage concurrentiel de taille, investir dans le coaching favorise la santé individuelle et de ce fait, la prospérité organisationnelle.

 

Sandra Salvoni, BAA, Coach Professionnelle Certifiée SICPNL

En collaboration avec Julie-Michèle Carrier, M.Sc. 

0 commentaire