Commentaires 0 Favoris 0

Les relations interpersonnelles en milieu de travail

Communication Relations interpersonnelles Civilité & Respect
Partager la ressource

Qu’on le veuille ou non, les gens que nous côtoyons au travail font partie de notre quotidien et les relations que nous établissons avec eux peuvent avoir des conséquences tout aussi bien positives que néfastes sur notre efficacité au travail et notre bien-être. En fait, au travail, contrairement à nos relations amicales, nous choisissons rarement nos collègues. Ce contexte entraîne parfois des rapports difficiles avec des gens différents de nous sur le plan de la personnalité, des valeurs, du mode de vie, etc. Malgré ces différences, il importe toutefois de créer une ambiance de travail où chacun est respecté, où la communication est ouverte et permet la résolution des problèmes qui surviennent.

 

Le succès d'une relation interpersonnelle : une responsabilité partagée

Dès qu'on entre en interaction avec une personne, ce qui fait que l'échange réussit ou non dépend des deux parties en cause. La responsabilité du succès d'une relation se répartit toujours entre chacune des deux personnes, ce qui fait que nous avons du pouvoir sur la moitié de l'interaction.

La question suivante s'impose : comment s'expliquer le fait que bien qu'en étant toujours sensiblement les mêmes dans nos relations, certaines relations sont satisfaisantes et d'autres plutôt problématiques ? La réponse est à la fois simple et complexe, car c'est dans la relation et la communication que les difficultés se présentent. Selon notre personnalité et nos expériences de vie, nous avons développé des façons d'interagir qui finissent par devenir des réflexes. Avec certains collègues, notre style de communication et nos réflexes relationnels peuvent s'avérer très accommodants. Alors que pour d'autres, cela peut présenter de réels problèmes.

 

Deux aspects importants à considérer

Afin de mieux comprendre ce qui se passe dans nos relations interpersonnelles et de pouvoir prendre action sur celles-ci pour les améliorer, il est important d'être conscient des attentes et des perceptions présentes de part et d'autre.

La connaissance des ces aspects et de leur impact permet de soigner nos relations et d'éviter de se laisser prendre dans certains pièges.

 

Les attentes

Nous avons couramment tendance à avoir des attentes élevées envers les autres et souvent même plus élevées que ce qui est possible d'atteindre dans la réalité. Le même phénomène se passe également au travail avec nos collègues. En fait, nous nous attendons souvent à ce qu'ils réagissent comme nous le ferions dans telle ou telle situation, qu'ils pensent de la même manière que nous, qu'ils devinent nos besoins, etc. Des attentes de cette nature, nous amènent alors à faire face à des déceptions ou à des frustrations qui viennent interférer dans nos relations avec les autres.

Pour soigner ses relations, il est important de développer des attentes réalistes envers les autres. Il ne faut pas oublier de considérer les différences de nos collègues et s'attendre à ce qu'ils interagissent selon ce qu'ils sont et non pas nécessairement selon ce qu'on attend d'eux. Lorsque nos personnalités sont opposées, il est aussi fort probable que nous ayons des réactions opposées.

Il est intéressant de se rappeler qu'il n'y a pas qu'une seule et unique façon de faire, il y a simplement des façons différentes de faire les choses. Par conséquent, pour établir et maintenir des relations saines avec les collègues de travail, il est essentiel de faire preuve d'ouverture relativement aux différences et d'accepter également de remettre en question ses propres façons de faire et de penser.

 

Les perceptions

Les perceptions que l'on a de nos collègues peuvent également nous jouer des tours. Il arrive que des propos ou des gestes soient mal interprétés car ils se basent non pas sur la réalité mais plutôt sur une interprétation biaisée de la réalité. En fait, dans nos relations avec les autres, il faut en quelque sorte faire le deuil de l'objectivité. Tout est subjectivité dans nos perceptions, car nous portons tous un filtre par lequel toute information provenant de nos cinq sens doit traverser pour être interprétée. Ce filtre, unique à chaque personne (donc subjectif), est constitué à partir des valeurs, des croyances, des expériences passées, des blessures, etc.

Conscients de ce filtre et cherchant à conserver des relations saines en situation de mésentente avec un collègue, il nous est par exemple possible de nous exprimer en utilisant le « je », ce qui permet d'exposer notre vision personnelle de la situation plutôt que d'utiliser le « tu» ou toute autre expression accusatrice. Cette façon de communiquer permet de sortir de l'impasse du « qui a tort et qui a raison ». L'utilisation des phrases suivantes permet de tenir compte de la subjectivité de nos perceptions : « De mon côté... J'ai l'impression que... Selon ma perception, je... De mon point de vue... Selon moi..., etc. ». Ces phrases sont utiles pour vérifier si ce que l'on perçoit est conforme à ce qui existe réellement pour l'autre et pour initier un échange constructif.

Enfin, puisque nous passons une bonne partie de notre temps au travail, il est tout à fait pertinent que chacun prenne la responsabilité d'utiliser le pouvoir qu'il a sur sa « moitié d'interaction » afin de contribuer à une ambiance de travail qui soit agréable et favorable au mieux-être de tous.

 

Dominique Champoux, psychologue 

0 commentaire