Commentaires 0 Favoris 0

Faciliter le retour au travail après une période d’absence

Épuisement professionnel Leadership Relations interpersonnelles Ouverture au changement Civilité & Respect
Partager la ressource

Réintégrer le travail après une absence de longue durée génère souvent de l’anxiété chez la plupart des personnes et encore plus chez celles qui ont été aux prises avec des difficultés d’ordre psychologique. Par ailleurs, il arrive également qu’accueillir une personne qui a été absente du milieu pendant plusieurs mois, en raison d’une maladie physique ou de problèmes psychologiques, crée un inconfort chez les collègues qui se demandent comment aborder la personne, quoi dire et ne pas dire, etc. Quels que soient les motifs à l’origine d’un arrêt de travail, voici quelques suggestions pour faciliter le retour.

 

Suggestions pour les gestionnaires

Les gestionnaires ont un rôle important à jouer dans le processus de retour au travail d'un employé et, en réalité, ce rôle peut commencer dès le début de l'arrêt de travail et se poursuivre jusqu'à ce que l'employé ait complètement réintégré le milieu.

Pendant l'absence, si cela est pertinent et approprié, il peut être souhaitable de maintenir une forme de contact avec l'employé. Ce lien peut être maintenu par le service santé, les ressources humaines ou le supérieur immédiat, selon la taille de l'organisation ainsi que les politiques et procédures internes. Ces occasions de contact permettent de prendre des nouvelles de l'employé, l'orienter au besoin vers des ressources professionnelles où il pourra recevoir les soins et l'aide nécessaires à son rétablissement, le tenir au courant des décisions importantes, l'inviter lors d'événements spéciaux dans le milieu de travail, etc. Il est aussi possible d'envoyer un mot ou une carte signée par les collègues, un bouquet de fleurs, etc. Tout ici est une question de situation, de contexte et de jugement. Il est nécessaire de garder en tête qu'une stratégie peut être appropriée avec un employé et complètement contre-indiquée avec un autre. Plusieurs variables sont à considérer telles les circonstances ayant entourées le départ, la personnalité de l'employé, la culture du milieu, etc.

Par ailleurs, dans certains contextes, il peut être également intéressant d'encourager l'employé à garder un lien avec des collègues qu'il apprécie. En fait, cette stratégie permet de contrer plusieurs effets de l'absence tels que la perte de contact avec le groupe de travail ou le décalage par rapport aux changements significatifs qui surviennent dans le milieu. Les employés sont habituellement très préoccupés par le regard que portera sur eux leur entourage lors du retour. Par conséquent, le maintien d'un lien peut aider à diminuer un bon nombre d'appréhensions et peut également aider à « briser la glace » plus facilement lorsque le moment du retour sera arrivé.

À l'approche du retour, les gestionnaires se doivent de manifester une attitude positive face au retour de l'employé, offrir un milieu supportant et véhiculer des croyances aidantes, s'ils souhaitent que le processus de retour soit facilitant. Il ne doit pas y avoir d'insinuations désagréables ou non respectueuses à l'égard de l'employé ou concernant sa période d'arrêt de travail.

Selon les milieux, il arrive que des collègues se mobilisent pour accueillir et souligner le retour au travail. Dans ce cas, il est toutefois préférable que le gestionnaire s'assure que l'employé qui revient se sent à l'aise à cette idée. Certains seront très touchés et heureux que leurs collègues planifient quelque chose, alors que d'autres souhaiteront réintégrer le travail de façon plus discrète. Il ne faut pas oublier que certaines personnes voudront peut-être éviter toute situation qui serait davantage source de stress et d'anxiété à l'occasion du retour.

Enfin, dans les jours ou semaines qui précèdent le retour, il est incontournable qu'au moins une rencontre entre le supérieur immédiat et l'employé ait lieu pour planifier les modalités de retour, discuter des changements survenus dans le milieu, partager les attentes de part et d'autre, discuter de la structure de travail (tâches, rôles et responsabilités), etc.

 

Suggestions pour les collègues

Dans le contexte du retour au travail d'un collègue qui a été absent pendant de nombreuses semaines, certaines attitudes de la part de l'entourage sont reconnues comme étant « facilitantes » alors que d'autres attitudes sont reconnues comme étant plutôt défavorables.

Parmi les attitudes néfastes, il est à noter que toute remarque à connotation culpabilisante, toute forme de minimisation ou de banalisation du vécu de la personne ou encore une série de conseils non demandés, ont le potentiel de blesser l'employé, et cela même si l'intention de base est bonne car ce type de remarques portent à interprétation.

Lorsqu'une personne est de retour au travail, il faut éviter le plus possible qu'elle se retrouve à l'écart. Il est normal de ressentir de la gêne à aborder la personne, mais il s'agit simplement d'aller vers elle de façon naturelle en agissant comme on l'a toujours fait. D'une part, la proximité qu'on a avec le collègue va influencer notre approche (si on le connaît très bien ou au contraire si on l'a peu côtoyé). D'autre part, il est aussi possible d'approcher la personne en lui demandant s'il y a quelque chose qu'elle apprécierait ou que l'on pourrait faire pour elle. Enfin, le meilleur point de repère à avoir en tête est de se rappeler que les attitudes indiquées sont celles qui traduisent une véritable et sincère considération à l'égard de l'autre.

 

Dominique Champoux M.Ps., psychologue

0 commentaire