Commentaires 0 Favoris 0

Attention ! Générations au travail !

Travail enrichissant Leadership Communication Relations interpersonnelles Ouverture au changement
Partager la ressource

Bien qu’il existe une multitude de références à l’intention des employeurs au sujet des relations intergénérationnelles, peu d’écrits s’adressent à nous, à titre d’employés qui côtoyons au quotidien Pierre, un vétéran, qui songe à partir à la retraite sans pouvoir s’y résigner; et Monique, une baby-boomer qui a peine à concilier le travail avec les soins à son père malade; puis Julie, une X, qui aurait bien voulu obtenir ce nouveau poste de directrice; sans oublier Véronique, une Y qui rêve d’un mandat en Afrique; et finalement Thomas, un Z, le dernier venu, qui vous texte « c koi les congés fériés ici »?

 

Pourquoi s'intéresse-t-on tant aux relations intergénérationnelles en milieu de travail ?

  • Pour la première fois, cinq générations différentes se côtoient au travail ; plus de gens vivent plus longtemps et restent plus longtemps au travail; ainsi, le remplacement d'une génération plus âgée par une autre plus jeune ne se fait plus aussi naturellement.
  • Le cycle de carrière des individus n'est plus linéaire – études, travail, retraite – ce qui amène une cohabitation plus longue des différentes générations; on a plusieurs carrières ou on retourne aux études.
  • Les pratiques de travail ont changé, par exemple le passage de l'industrialisation à l'économie du savoir et internet ont permis aux plus jeunes d'avoir facilement accès à l'information et à la connaissance plutôt que de s'en remettre aux plus expérimentés de l'organisation.

 

Comment tout cela affecte-t-il nos interrelations au travail ?

Le Conference Board du Canada a mené une enquête, en 2009, auprès de 900 travailleurs canadiens provenant des générations baby-boomers (45 à 64 ans), X (30 à 44) et Y (18 à 29). Le but : départager les différences et les similarités dans les préférences au travail de ces trois générations. Voici ce qu'ils ont découvert.

  • Chaque génération a une image positive des caractéristiques de sa propre génération et perçoit les autres générations moins positivement que la sienne...Et ces perceptions sont le reflet des stéréotypes généralement véhiculés. C'est donc dire que nous évaluons et jugeons le comportement des autres basé sur nos propres valeurs, croyances, motivations et attitudes, ce qui peut nous amener à de fausses perceptions, à un manque de compréhension, à un manque de communication, etc.

 

Quels sont les principaux mythes mis au jour par cette enquête ?

Et quelle est la réalité ?

1. Les X n'aiment pas travailler en équipe.

    • En réalité, la préférence pour le travail en équipe ou le travail individuel n'est pas reliée à l'appartenance à une génération. Il s'agit plutôt d'une préférence personnelle.

2. Les Y sont excessivement centrés sur eux-mêmes.

    • En fait, les Y sont plus autocritiques que leurs ainés baby-boomers et X, face à leur capacité à travailler de manière autonome ou à suivre les procédures.

3. Les baby-boomers sont rigides et incrustés dans leurs façons de faire.

  • À vrai dire, les 3trois générations croient, dans la même proportion, qu'ils s'adaptent facilement aux nouvelles situations. Toutes les générations regroupent donc des personnes faisant preuve de différents niveaux d'adaptabilité face aux changements.

4. Les baby-boomers sont pointilleux et axés sur les processus alors que les plus jeunes générations apportent moins d'attention à leur travail.

Dans les faits, la majorité des répondants des trois générations soutient qu'il est important d'accorder de l'attention aux détails tout en gardant une vue d'ensemble.

5. Les baby-boomers accordent plus de valeur au travail qu'à la vie personnelle, les X accordent plus de valeur à la vie personnelle qu'au travail et les Y accordent de la valeur seulement à la vie personnelle, en dehors du travail.

  • Or les trois générations ont dit rechercher un équilibre travail – vie personnelle; tous travaillent pour le plaisir de travailler et pour se donner les moyens de profiter de la vie !

 

Comment déjouer ces perceptions parfois trompeuses ?

Voilà quelques stratégies pour faciliter les relations intergénérationnelles.

  • Observez la composition de votre équipe, de vos groupes de travail. Questionnez vos croyances et défiez vos hypothèses quant aux générations. N'assumez pas que chaque membre d'une génération donnée pense et agit exactement de la même façon.
  • « Les bonnes idées n'ont pas d'âge, elles ont seulement de l'avenir ». Adoptez une attitude d'inclusion, valorisez la diversité des points de vue, remplacez le « ou » par le « et » : comment peut-on faire ceci et cela plutôt que de faire ceci ou cela ? Vous verrez alors l'univers des possibles se déployer devant vous !
  • « Cherchez d'abord à comprendre, puis à être compris ». Prenez le temps d'écouter ce que l'autre a à dire plutôt que de vous ranger rapidement derrière un préjugé et chercher à convaincre l'autre de votre point de vue.

 

En conclusion

Attention aux généralisations et aux stéréotypes concernant les générations ! Et usez de vos talents de communicateur pour écouter, comprendre et apprécier les différences...

 

Martine Joyal

Mme Joyal est membre de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et coach professionnelle certifiée (ACC). Elle accompagne les organisations dans l'identification et l'adoption des meilleures pratiques de gestion des ressources humaines et de santé en milieu de travail. Elle intervient aussi en coaching individuel.

0 commentaire