Commentaires 0 Favoris 0

Faire face au deuil

Équilibre Accomplissement personnel Capacité d'aimer la vie Résilience Souplesse Stress Bien-être Estime de soi Gestion des émotions
Partager la ressource

Le deuil est un processus normal de notre vie qui fait suite à une perte importante. Outre la douleur qu’il engendre, le décès d’un être qui nous est cher oblige de s’accoutumer à plusieurs changements. Avant de récupérer un état de bien-être et un pouvoir sur sa vie, la personne endeuillée traversera différentes phases. Bien qu’un deuil reste toujours une épreuve douloureuse, le fait d’apprivoiser le phénomène peut permettre de le vivre avec plus de sérénité.

 

LES PHASES D'UN DEUIL

Le processus du deuil peut se résumer dans les trois phases suivantes : le choc, la période de turbulence et le rétablissement.

1. Le choc 

Selon les personnes ainsi que la situation, cette phase se prolonge sur une période de quelques heures jusqu’à quelques jours suivant l'annonce du décès. Durant cette phase, la personne endeuillée est en quelque sorte témoin de ce qui se passe sans nécessairement être capable de ressentir ce qu'elle vit réellement. Elle pourra alors se retrouver dans un engourdissement émotif et continuer d’être fonctionnel mais de façon automatique. À l’inverse, elle pourra également vivre une explosion d'émotions c'est-à-dire crier, pleurer et être en colère sans toutefois être capable de définir ce qu'elle ressent vraiment.

2. La période de turbulence

Cette phase est la plus longue et la plus douloureuse à traverser. Elle a une durée de six mois à un an. Il s’agit du dégel des émotions et la confrontation avec la nouvelle réalité. Trois types de réactions sont caractéristiques de cette étape chez la personne endeuillée.

Hypersensibilité : Manifestation d’émotions intenses de façon spontanée dans n'importe quel contexte. Une impression de vide et de tristesse. Présence d’ambivalence entre la colère et la culpabilité.

Retrait social : Diminution des contacts avec les autres. Impression que l'entourage ne peut pas comprendre. Aussi présence d’un sentiment de nuisance pour les autres. À cette étape, il y a le risque de tomber dans le piège de l'isolement.

Identification au défunt : Difficulté de se départir des objets de la personne décédée. Impression qu’elle est toujours présente. Se remémorer les bons côtés de sa personne. Tenter de préserver intactes toutes les traces de son existence. C'est également durant cette période que s'amorcera un questionnement existentiel. Beaucoup de remises en question face au sens de la vie, à ses valeurs, à ses objectifs et à ses priorités peuvent surgir.

3. Le rétablissement 

La douleur diminue tranquillement et le goût à la vie reprend. Les pensées pour la personne disparue demeurent mais sans la souffrance. La perte est vécue comme une expérience passée et l'énergie est orientée vers le futur. La période de rétablissement peut s’étendre sur plusieurs mois.

Il est important de mentionner qu'on ne passe pas nécessairement d'une phase à l'autre sans retour en arrière. Compte tenu des évènements du quotidien, du soutien reçu et de son état général, la personne endeuillée pourra momentanément revenir à une phase antérieure.


LES FACTEURS QUI INFLUENCENT LA DURÉE DU DEUIL 

La durée d'un deuil est très difficile à préciser. Plusieurs facteurs ont une influence dans le rétablissement de la personne en deuil.

  • Ses ressources personnelles : Quelles sont ses forces et ses limites?
  • Quelles sont ses expériences antérieures?
  • Comment était son état physique et psychologique au moment du décès?
  • Son réseau social : Peut-elle bénéficier du soutien de sa famille et/ou de ses amis?
  • Les facteurs de stress vécus dans la dernière année : A-t-elle vécu une accumulation de changements qui ont nécessité une adaptation? Y a-t-il eu d'autres deuils?
  • L'intensité du lien avec la personne disparue : Était-ce quelqu'un de très significatif et de très présent?
  • Le contexte dans lequel s'est produit la perte : S'agit-il d'un accident traumatisant, d'un décès non prévisible?
  • La réadaptation que cette perte engendre : Doit-il y avoir un déménagement, une diminution du budget, des changements dans le rythme et le mode de vie?

Pour s'aider ou aider quelqu'un à traverser un deuil, il est important de considérer l'ensemble de ces facteurs. Plus il y a de difficultés à gérer, plus il faut s'accorder du temps pour se rétablir.

 

Stratégies constructives pour passer à travers un deuil 

  • Évitez de prendre des décisions hâtives ou de faire des changements majeurs qui pourraient créer de nouvelles sources de stress. Dans la mesure du possible, prenez le temps de réfléchir, de prendre du recul et demandez à des personnes de confiance de vous aider à voir clair dans vos décisions.
  • Ne vous inquiétez pas trop si vous ressentez un surplus de fatigue. Étant donné l'énergie que vous dépensez pour passer à travers les étapes du deuil, il est normal de vous sentir plus essoufflé. Soyez plus attentif à votre santé physique.
  • Rappelez-vous que la recherche du rétablissement n'est pas une affaire de force et de courage, mais plutôt une question de temps, d'énergie à récupérer et de distance émotive à prendre.
  • Obligez-vous à maintenir un contact régulier avec au moins une personne ou deux. Choisissez-les soigneusement selon la confiance que vous leur éprouvez. Dites-leur que vous avez besoin d'elles.
  • Exprimez vos sentiments. Ne craignez pas de démontrer votre tristesse, votre colère ou toute autre émotion que vous ressentez. Plus vous tenterez de les fuir ou de les cacher aux autres, plus ils seront lourds à porter et résistants dans le temps.
  • Efforcez-vous de faire des activités qui vous font habituellement plaisir. Ce n'est pas parce que vous êtes en deuil que vous devez vous empêcher de faire des choses agréables. Vous continuez à vivre et vous avez le droit d'en profiter.
  • N'entretenez pas d'attentes irréalistes face à vous-même. Dites-vous bien que vous n'arriverez pas à reprendre votre fonctionnement habituel avant un certain temps. Travaillez plutôt à accepter ce fait plutôt qu'à tenter de le combattre.
  • N'hésitez pas à demander de l'aide. Par exemple, une rencontre avec un psychologue peut vous être bénéfique en tout temps. Il vous aidera à prendre une distance vis-à-vis la situation que vous vivez. 

Équipe de MonAlliéSanté.com

Pour trouver le bon psychologue près de chez vous

 

0 commentaire