Commentaires 0 Favoris 0

Le jeu compulsif

Jeu excessif
Partager la ressource

Les gens jouent aux jeux de hasard depuis la nuit des temps. De l’activité culturelle informelle à l’industrie du jeu organisé, nous assistons actuellement à un changement social important. Au Québec seulement, on parle de profits annuels de 1,5 milliards de dollars reliés à cette industrie. Selon certaines études, 67% des gens vont jouer et de ce pourcentage, on prévoit que 1% à 3% deviendront des joueurs compulsifs. Pour la plupart d’entre eux, ils deviendront des joueurs compulsifs dès leur adolescence.

 

Qu'est-ce que le jeu compulsif ?

Le jeu compulsif ou « gambling » est une pratique inadaptée, persistante et répétée du jeu; c'est un désordre où un individu continue à jouer malgré le fait que ce jeu lui cause des problèmes financiers, maritaux, légaux et de travail.

Le cycle du jeu compulsif évolue selon quatre phases:

  1. la phase de gain alors que la chance se transforme en habileté;
  2.  la phase de perte où le joueur s'entête à jouer malgré ses pertes « pour se refaire »;
  3.  la phase de dépression et de désespoir où les scrupules sautent (vol, emprunt) pour continuer à jouer;
  4. la phase de réhabilitation : prise de conscience de la dépendance et actions constructives de rétablissement.

 

Qui sont ces gens et pourquoi jouent-ils ?

Les gens jouent pour fuir, pour l'excitation que cela procure, pour se divertir, pour des raisons économiques et pour se valoriser. En général, les joueurs sont des personnes très anxieuses, facilement déprimées, tolérant peu la frustration et ayant besoin de gratification immédiate. Par tempérament elles ont une énergie débordante, cherchent l'excitation et la stimulation, aiment les risques, les défis, l'aventure et la compétition. Pour elles, l'argent représente le prestige, le pouvoir, le contrôle sur les autres et la sécurité. Elles croient posséder un pouvoir mystérieux, secret qui leur permet de choisir la combinaison gagnante. Par le jeu, elles gardent un pied dans la réalité et l'autre dans le monde de la fantaisie. En bref, le jeu compulsif est maintenant vu comme une dépendance similaire à celle de l'alcoolisme et des autres toxicomanies.

 

Comment reconnaître un joueur compulsif ?

Voici certains indices pouvant présager que la problématique existe :

  • Rapport à l'argent : emprunts fréquents, endettement inhabituel, utilisation maximale de marge de crédit al-lant jusqu'à la faillite personnelle...
  • Détérioration de la performance au travail : difficulté à rencontrer les échéanciers, absentéisme, retards fréquents et injustifiés...
  • Relations sociales et familiales : comportement dit trait, manque de participation à la vie familiale, sorties fréquentes en solitaire, intérêts exagérés pour les résultats aux loteries, aux marchés boursiers aux jeux et aux couses...
  • Activités illégales : prêts sur gage, emprunts de « shy-locks », démêlées avec la justice ...

 

Les conséquences du jeu compulsif sur la famille

Le jeu compulsif se développe lentement, sans trop donner signe de sa présence. Les étapes que traverse la famille sont caractérisées par des réactions de négation, de stress et d'épuisement.

Le/la conjoint(e) peut éprouver de l'agressivité envers le joueur souvent harcelé par les « collecteurs d'argent »; il/elle peut développer consécutivement des problèmes physiques et psychologiques de tout ordre.

Chez les enfants et les adolescents du joueur compulsif, on remarque des sentiments de colère, de douleur, de solitude, de culpabilité et de rejet qui se manifestent sous diverses formes : fugues, usage de drogues et d'alcool, agressivité, troubles de la conduite, etc.

 

Que faire si je connais quelqu'un qui a des problèmes de jeu ?

Diverses ressources sont disponibles pour venir en aide à une personne affectée par ce problème. Voici quelques suggestions :

  • Avant tout, évitez de la juger;
  • Exprimez-lui en quoi vous et votre entourage êtes affectés par son comportement;
  • Donnez votre opinion et affirmez votre position, vos limites.
  • Informez-la des ressources qui peuvent l'aider :
    • Mon Allié Santé 
    • CLSC
    • Autres organismes :
      • « Gamblers Anonymes » 1-514-484-6666
      • « Jeu : aide et référence » 1-800-461-0140
  • Lecture suggérée :
    • Claude MARCIL et Marie RIOPEL (1993) Les obsédés du jeu, l'épidémie invisible, Ed..
    • Louise Courteau; Collection Recovery, 184p.

 

Suzanne Laverdière, M.S.S.; I.C.A.D.C.

Travailleuse sociale certifiée en toxicomanies

0 commentaire