Commentaires 0 Favoris 0

De la consommation à la dépendance à l'alcool

Alcool
Partager la ressource

De plus en plus des spécialistes croient qu’un nombre élevé de personnes, sans avoir de problèmes évidents d’alcool, font toutefois de mauvais choix vis-à-vis leur consommation et risquent davantage de devenir dépendantes de l’alcool si elles en font régulièrement un usage non approprié. La dépendance à l’alcool, qui peut prendre plusieurs années avant de se manifester pleinement, suit généralement un continuum qui va de la consommation périodique, en passant par la consommation excessive, jusqu’à la dépendance.

 

D'abord, il est intéressant de savoir que deux signes fondamentaux caractérisent habituellement la dépendance à l'alcool : la tolérance (la personne doit augmenter sa dose pour ressentir le même effet) et la perte de contrôle (la personne boit toujours jusqu'à l'ébriété et toujours des quantités au-delà de ce qu'elle avait l'intention de boire).

Une fois la dépendance installée, la personne nie avoir un problème et déclare qu'elle peut arrêter de boire n'importe quand !

Personne ne choisit d'être alcoolique. En fait, plusieurs personnes qui souffrent d'un problème de consommation d'alcool savent qu'elles sont sous l'emprise d'une puissante dépendance et se sentent impuissantes à la combattre. Cette incapacité à contrôler sa consommation d'alcool amène souvent la personne, et parfois aussi ses proches, à nier l'existence du problème.

 

La négation par la personne elle-même

Plusieurs personnes qui ont un problème de dépendance à l'alcool tentent de nier leur problème par divers comportements : mentir sur la quantité d'alcool consommée, cacher les bouteilles, boire seul, etc.

Même lorsqu'elles sont confrontées à leur problème de consommation, les personnes sont capables de tout nier et de trouver toutes sortes d'excuses pour expliquer leur comportement. C'est souvent par ses multiples efforts pour dissimuler le problème à l'entourage que la personne dévoile en fait qu'elle est consciente de sa dépendance.

 

La négation par l'entourage

Il arrive aussi que, sans en être pleinement conscients, les proches n'aident pas la personne à faire face à la réalité du problème, en couvrant ses erreurs et en lui évitant de faire face à celles-ci. Lorsque les gens excusent la personne, cela l'incite en quelque sorte à croire qu'il y aura toujours un « sauveur » pour venir à son secours et qu'il existera toujours une façon de s'en sortir.

 

Nier la dépendance

Plus la dépendance progresse, plus le besoin de nier celle-ci devient grand. La personne peut même refuser d'admettre que certains ont essayé de l'aider et nier le fait que son comportement cause des problèmes à sa famille. Le sentiment de culpabilité et les remords deviennent souvent intolérables et l'impression d'être impuissante à contrôler le problème peut devenir très embarrassante pour la personne.

 

Les stades de la dépendance à l'alcool

L'alcoolisme a souvent un développement prévisible. Si vous reconnaissez certains de ces signaux d'alarme pour vous ou pour quelqu'un qui vous est cher, il est pertinent de demander l'aide d'un professionnel.

1. Stade d'alerte

  • boire trop pour se sentir bien;
  • boire pour se libérer du stress;
  • passer d'une consommation occasionnelle à une consommation quotidienne;
  • trouver des raisons pour prendre un verre;
  • boire un peu plus à chaque fois;
  • s'habituer à une plus grande quantité d'alcool dans le sang.

2. Stade du danger

  • vouloir plus d'alcool;
  • devenir ivre plus souvent;
  • avoir des « black out » occasionnellement : ne plus se souvenir de ce qui s'est passé;
  • boire seul;
  • dissimuler et cacher l'alcool;
  • boire un verre d'un seul coup;
  • se sentir coupable de boire;
  • s'absenter du travail.

3. Stade où la personne commence à perdre le contrôle

  • Blâmer les autres pour excuser le besoin de boire;
  • S'isoler, rejeter les autres et leur demander de garder le silence;
  • Être souvent ivre;
  • Avoir des « black out » souvent;
  • Dépenser de l'argent avec insouciance;
  • Ne pas tenir compte de ses responsabilités;
  • Être occasionnellement hospitalisé à cause de sa consommation.

4. Stade où la personne a perdu le contrôle

  • Prendre toutes sortes de drogues;
  • Ne plus s'excuser;
  • Se sentir confortable lorsqu'on est ivre;
  • Trembler;
  • Ne pas être capable d'accomplir de simples tâches.

 

En conclusion

Si vous avez des difficultés avec votre consommation d'alcool ou si une personne de votre entourage a un problème, n'hésitez pas à communiquer avec Mon Allié Santé. Un conseiller expérimenté peut vous aider et apporter également du support à vos proches.

 

Vous pouvez également visiter le site Internet des Alcooliques Anonymes du Québec (AA) www.aa-quebec.org ou celui des AA au Canada http://www.aacanada.com/ pour connaître le type d'aide disponible dans votre région ainsi que les Groupes familiaux Al-Anon qui offrent de l'aide aux proches.

0 commentaire