Commentaires 0 Favoris 0

La séparation pour l'enfant et les parents: une traversée difficile

Équilibre Concilitation Résilience Enfants Stress Adolescents Gestion des émotions
Partager la ressource

Le processus de séparation des conjoints est une expérience des plus difficile qu’une famille puisse vivre. En effet, chacun des membres de la famille se retrouve dans des sentiments d’insécurité, de culpabilité, de peine et de colère. Voyons comment ce moment de transition affecte respectivement l’enfant et les parents et quels sont les points de repère qui peuvent aider au passage de cette période.

Que vit l'enfant lors d'une séparation 

L'enfant vit d'abord un choc face à la perte d'une famille qui pour lui, réunit sous le même toit un père, une mère et des enfants. En général, l'enfant est surpris de cette nouvelle. Quand il en est informé, il est possible qu’il n'ait aucune réaction ou, à l’inverse, qu’il soit submergé par une anxiété intense autour de la peur de perdre ses parents définitivement et d'être abandonné. Généralement, ce type de réaction survient dans les semaines, voire les mois qui suivent cette nouvelle ou quand les conséquences concrètes de la séparation deviennent plus manifestes. Or l'enfant ne possède pas toujours les mots pour articuler ses sentiments, il peut les exprimer par différents comportements tels que par le retrait ou par des agissements perturbateurs ainsi que par de la régression. En fait, l'enfant essais de dire qu'il se sent impuissant devant cette nouvelle décision, qu'il ne la comprend pas et ne l'accepte pas vraiment. Également, il peut se sentir coupable d'avoir échoué à maintenir ses parents ensemble.

Que vivent les parents lors d'une séparation 

Généralement, les parents se sentent coupables et indignes de causer tant de bouleversements et de peine à leur enfant en raison de leur situation conjugale insurmontable. Étant eux-mêmes aux prises avec leurs propres émotions, ils peuvent avoir de la difficulté à accueillir celles de leur enfant. De plus, la décision quant à la séparation contribue à accentuer les préoccupations des parents et leur insécurité. Comment ne pas s'étonner qu'ils se sentent alors moins fonctionnels pendant cette période agitée et qu'ils aient bien souvent de la difficulté à être disponibles à leur enfant?

Ce dont l'enfant a besoin durant cette période 

  1. Il a besoin d'exprimer ce qu'il ressent et surtout de parler afin de sortir de sa confusion et de sa peine.
  2. Il a besoin qu'on l'informe le plus clairement possible sur ce qui arrivera après la séparation et qu'on le rassure que sa famille continuera d'exister même si son fonctionnement sera modifié. 
  3. Il doit recevoir des explications succinctes et faciles à comprendre sur les motifs ayant mené à la séparation, tout en clarifiant son absence de responsabilité dans cette décision. 
  4. Il doit être rassuré que ses deux parents continueront de l'aimer de façon permanente, même s'ils ne vivent plus ensemble, et qu'il maintiendra un lien avec chacun d'eux. Pour favoriser ce lien, évitez de critiquer l'autre conjoint devant l'enfant. 

Ce dont les parents ont besoin durant cette période 

  1. Favorisez la présence d'un adulte substitut avec qui l'enfant pourra parler librement de la séparation. Sans vous soustraire à l'importance d'accorder du soutien et de l'écoute à votre enfant, cet adulte substitut pourra vous donner du répit et peut-être recevoir certaines confidences que votre enfant préfère ne pas vous révéler. 
  2. Acceptez vos émotions. Vivre une séparation génère beaucoup d'émotions dérangeantes et parfois intenses. Ressentir ces émotions n'est pas une faiblesse; c'est une nécessité pour accomplir le deuil d'une relation. 
  3. Recourez au soutien de votre réseau social ou auprès d'Associations des familles monoparentales avec qui vous pourrez parler de vos émotions et des choix parfois douloureux qu'impose la séparation. C'est le meilleur moyen de prévenir que votre enfant ne devienne votre confident et soit exposé à votre colère à l'égard de votre conjoint. 
  4. L'aide d'un médiateur familial peut s'avérer profitable afin de diminuer les tensions concernant les modalités de séparation entre conjoints. Au Québec, un programme qui va jusqu’à cinq séances sans frais est offert aux couples ayant des enfants. Informez-vous à votre Palais de justice ou auprès de l'Association de médiation familiale du Québec au 514-990-4011 ou 1-800-667-7559.
  5. Assumez votre responsabilité parentale. Soyez clairs avec votre enfant sur le fait que les décisions liées à la séparation relèvent de votre entière responsabilité en tant que parents. Bien que l'enfant puisse donner ses commentaires sur le sujet, ne le placez pas dans un conflit de loyauté en faisant reposer sur ses épaules le lourd poids des décisions. 
  6. Une séparation n'est pas l'échec d'une vie mais une étape de développement. Il est bon de se rappeler et de transmettre à l'enfant qu'une séparation est une période difficile à traverser et qu'ensemble vous allez la surmonter et en sortir grandi. D'ailleurs, les études démontrent à ce sujet que la famille met environ deux ans pour s'adapter à la nouvelle situation. 

Si, en lisant ces lignes, vous trouvez ces recommandations difficiles à réaliser, ou que vous n'avez pas procédé ainsi lors de votre séparation, rappelez-vous qu'il n'y a pas une seule façon de vivre cet transition. Ces recommandations demeurent rationnelles alors qu'une séparation est avant tout une affaire d'émotions. Espérons, néanmoins, que ce texte saura guider vos actions et parfois vos réactions à l'égard de votre enfant dans ce contexte de tourmente et de nouveaux départs. 

Nicole Pilon, psychologue

 

0 commentaire