Commentaires 0 Favoris 0

Prévenir l'épuisement professionnel

Épuisement professionnel Travail enrichissant Leadership
Partager la ressource

Chaque jour comporte sa dose de stress. Toutefois, lorsqu’une personne fait face à plusieurs « stresseurs » et que la tension ne diminue pas, elle peut finir par se retrouver dans un état de vulnérabilité. L’épuisement professionnel, communément appelé  burnout, survient après qu’une personne ait été exposée de façon prolongée à un niveau de stress très élevé. Ce syndrome se manifeste par un épuisement tant physique qu’émotionnel ainsi qu’un ensemble de symptômes qui affectent la personne dans sa globalité. Selon des données récentes obtenues par Statistiques Canada, il semble que près de 800 000 personnes au Québec souffrent d’épuisement professionnel. La problématique semble donc assez répandue, d’où l’importance d’être informé et attentif à soi ainsi qu’à son entourage de façon à prévenir et détecter le problème.

 

Détecter les premiers signes

  • Le sommeil ne réussit plus à éliminer la fatigue ;
  • Une irritabilité grandissante dirigée vers soi ou envers les autres et accompagnée d'une attitude cynique;
  • Une impression de ne pas pouvoir influencer ni choisir : « sensation d'être pris »;
  • Une efficacité diminuée qui est souvent compensée par un excès de travail, etc.

Chez certaines personnes, les signaux d'alarme se manifestent d'abord au niveau corporel : fatigue, manque d'énergie et affaiblissement de l'organisme. Pour d'autres, les signes se font davantage sentir par un changement d'attitude envers le travail, les collègues, les proches, etc.

Une chose est certaine, ces premiers signes sont des signaux d'alarme auxquels il est nécessaire de réagir, c'est-à-dire prendre le temps de voir ce qui ne va pas et trouver des moyens d'y remédier. Autrement, la situation risque de se détériorer.

 

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de l'épuisement professionnel varient d'une personne à une autre, mais de façon générale, lorsqu'une personne ne réagit pas aux signes avant-coureurs, un bon nombre des symptômes suivants peuvent se présenter :

 

Symptômes émotionnels

  • Insatisfaction, frustration;
  • Tendance au blâme, à l'irritabilité et à la colère;
  • Perte d'idéalisme, critiques, cynisme;
  • Sentiment d'impuissance, culpabilité;
  • Sensation intérieure de vide, apathie, etc.

 

Symptômes cognitifs

  • Diminution des capacités de concentration, d'attention et de mémoire;
  • Sentiment de confusion, difficulté à prendre des décisions;
  • Manque d'assurance dans le jugement, etc.

 

Symptômes physiques

  • État de fatigue générale;
  • Troubles du sommeil;
  • Troubles gastro-intestinaux et digestifs;
  • Fréquents maux de tête ou nausées;
  • Nombreux troubles somatiques;
  • Tensions musculaires (dos, épaules...);
  • Variations du poids;
  • Rhumes persistants et infections virales, etc.

 

Quelles sont les phases de l'épuisement professionnel ?

L'épuisement professionnel ne se produit pas du jour au lendemain, c'est un processus qui se déroule en plusieurs phases :

  • Perte graduelle de la satisfaction au travail – début de préoccupations;
  • Apparition d'une série de petits problèmes de santé;
  • Remises en question sur le plan du travail et/ou problèmes au travail;
  • Perte d'estime de soi, inquiétudes accrues, frustration chronique et détérioration du rendement;
  • Démoralisation générale : la personne est épuisée et devient non fonctionnelle au travail.

 

Quelles sont les causes ?

L'épuisement professionnel peut s'expliquer par deux principales causes :

Causes qui appartiennent à la personne (comportements et attitudes) : par exemple, il peut s'agir d'un perfectionnisme démesuré, d'une faible estime de soi, d'une rigidité au niveau de certaines croyances, d'attentes irréalistes envers soi-même, etc.

Causes qui appartiennent à l'environnement de travail : il peut s'agir, par exemple, d'un emploi stressant, de la charge de travail, d'un manque de soutien, d'un manque de ressources pour accomplir le travail, d'une situation de harcèlement, de l'absence de directives bien définies, etc.

 

Comment réagir ?

Quand on est soi-même affecté

Il est essentiel d'en parler et de demander de l'aide. Bien sûr, il est possible de parler de ce qu'on ressent à ses proches, à un(e) collègue en qui on a confiance, etc. Toutefois, il est grandement recommandé de consulter un professionnel de la santé et de la relation d'aide.

En acceptant de recevoir une aide professionnelle, il sera possible de prendre le recul nécessaire pour mieux se comprendre et éviter de retomber éventuellement dans les mêmes pièges. L'aide peut faciliter l'identification de ses besoins et priorités ainsi que l'exploration des moyens à mettre en place pour modifier la situation. La consultation psychologique est un moyen qui aide grandement à retrouver un mieux-être tant personnel que professionnel. 

 

Quand une personne de notre entourage semble affectée

Il est essentiel d'établir ou de maintenir une relation de confiance avec la personne avant d'aborder la problématique. Selon l'état de la personne, il est possible de lui venir en aide de différentes manières. Par exemple, on peut l'inviter à nous parler de ce qu'elle vit puis, à travers nos contacts, on tentera de l'amener à prendre conscience de son état actuel et on l'encouragera à aller chercher une aide professionnelle.

 

Dominique Champoux M.Ps. Psychologue du travail et des organisation

0 commentaire