Commentaires 0 Favoris 0

Apprivoiser changements et pertes sur le parcours de la vie

Équilibre Accomplissement personnel Capacité d'aimer la vie Résilience Souplesse Stress
Partager la ressource

Sur le parcours de notre vie surviennent d’incontournables situations de changements et de pertes : changements au travail, décès d’un proche, séparation, perte d’autonomie ou de capacités en raison d’une maladie, perte d’emploi, perte d’un voisinage apprécié lors d’un déménagement, départ de la maison des enfants, fin d’une amitié, changements d’étape de vie ( passage à la retraite), etc.

 

Les changements et les pertes nous imposent un certain niveau de stress, car ceux-ci ont pour effet de perturber l'équilibre qui existait jusque là dans notre vie. Tout à coup, il y a de l'inconnu et de l'incertitude dans l'air. Puis, peu importe la nature de ces bouleversements, habituellement, une certaine sécurité et stabilité nous est enlevée et de l'anxiété peut naître. Nous voilà donc en deuil de quelqu'un de significatif ou de quelque chose d'important.

Il est impossible d'éviter les situations de pertes et de changements. Toutefois, il est possible d'apprendre à mieux les vivre.

  • En contexte de perte
  • Ou changement,
  • Que se passe t-il ?

Tous les changements et toutes les pertes ne donnent pas nécessairement lieu à un deuil au sens formel.

Cependant, de façon générale, ces situations nous plongent dans une période de transition qui :

  • crée du stress
  • implique certaines réactions
  • suit un processus
  • requiert un temps d'adaptation

 

En quoi consiste ce processus transition ?

Il s'agit essentiellement d'un processus d'ajustement à la perte et au changement.

 

Quelles sont les étapes ?

Dans la littérature, selon les auteurs, il y a différentes étapes dont le nombre et l'ordre varient. Toutefois, il est possible d'expliquer le processus de transition en parlant de trois principales étapes :

 

1. Choc 

Cette phase fait suite à l'annonce du changement ou de la perte. Pour la personne qui la vit, cette étape est caractérisée par de la déstabilisation et parfois même par un certain refus de la réalité.

Réactions typiques :

  • négation du changement ou de la perte
  • « ce n'est pas possible ! »
  • attitude amorphe et émotions engourdies, etc.

 

2. Désorganisation

À cette étape, des émotions intenses font surface à mesure que la personne prend conscience que le changement ou la perte sont bien réels.

Réactions typiques :

  • vagues d'émotions intenses
  • tensions et irritabilité
  • doutes et inquiétudes
  • colère
  • sentiments dépressifs
  • fatigue et manque d'énergie
  • nostalgie
  • difficulté à faire les activités habituelles, etc.

 

3. Adaptation 

Lors de cette phase, la personne prend un nouveau départ. Elle accepte graduellement la perte et s'ouvre de façon progressive au changement. Elle s'adapte du mieux qu'elle le peut et au meilleur de sa connaissance.

Réactions typiques :

  • diminution des réactions des phases précédentes
  • recherche, par divers moyens, d'un nouvel équilibre
  • engagement dans de nouveaux projets, etc.

 

Quels facteurs influencent la durée de ce processus ?

La durée de ce processus peut aller de quelques mois à quelques années et dépend d'un grand nombre de facteurs tels que :

  • la nature du changement ou de la perte :
    • qui, quoi, quand et comment 
    • prévisible versus inattendu
    • choisi versus imposé
  • l'attitude personnelle face aux événements
  • les habiletés d'adaptation
  • le support disponible, etc.

 

Quelles sont les tâches pour s'adapter ?

Lorsque notre équilibre se brise, il est normal de réagir. Cependant, certaines stratégies sont reconnues comme ayant le potentiel de favoriser davantage notre adaptation. Voici les principales :

 

Reconnaître que l'on est en situation d'adaptation

Il est d'abord nécessaire de s'admettre à soi-même que quelque chose est survenu, que quelque chose a changé (ou va changer), que quelque chose va me manquer, etc. En fait, il s'agit de l'inverse de la négation.

 

Se donner la permission de réagir et de l'espace pour vivre nos émotions

  • Accepter et accueillir ses réactions/émotions. Par exemple : se donner le droit d'être triste, en colère, affecté, de pleurer, etc.
  • Exprimer ce que l'on ressent. Par exemple : « J'ai peur...», « Que va t-il m'arriver ? », etc.

Se rappeler que bien que désagréable, l'état vécu à ce moment est habituellement passager lorsqu'on prend le temps de le vivre.

 

Chercher le soutien nécessaire

  • S'entourer de nos proches et des gens qui sont importants pour nous.
  • Échanger avec des personnes qui ont déjà vécu une situation similaire.
  • Ne pas hésiter, au besoin, à consulter un professionnel. Par exemple, si on se sent bloqué à une étape et qu'on éprouve de la difficulté à aller de l'avant, un support professionnel peut aider à bien saisir le sens de la situation et à explorer ce qu'il est possible d'en dégager et mieux voir comment y faire face.
  • Participer à des groupes d'échanges, etc.

 

Choisir son attitude

Notre façon de percevoir ce qui arrive a une influence par rapport à comment on se sent et comment on envisage de faire face à la situation.

Autant notre attitude initiale peut aider, autant elle peut nuire. Toutefois, il est possible de consciemment changer le regard que nous portons sur les événements et la façon dont nous les interprétons afin que cela soit aidant pour notre adaptation.

 

Trouver un sens

Quel sens je donne à ce qui arrive sur le plan de mes croyances, au niveau spirituel...

Catastrophe ou défi  

Y aurait-il une possibilité que la situation vécue m'amène à découvrir des ressources ou des forces dont je ne soupçonnais même pas l'existence ?

 

Décider de rebondir

Les personnes qui ont une bonne capacité de résilience perçoivent des opportunités de croissance à travers les événements et transforment les pertes en gains.

  • choisir d'être actif plutôt que passif
  • accepter de retirer quelque chose de positif de l'expérience
  • préférer apprendre et grandir à travers la transition à faire au lieu de ruminer à propos du passé et s'isoler, etc.

 

Viser un nouvel équilibre sans pour autant oublier l'ancien

Tout en prenant le temps de vivre dans le moment présent selon l'étape où l'on est rendu, il peut être aidant de :

  • Centrer son attention et ses énergies sur ce qui peut être changé, puis lâcher prise sur le reste
  • Intégrer progressivement l'idée du changement ou de la perte à son identité
  • Se fixer de nouveaux objectifs
  • Créer des occasions de plaisir : faire les activités qu'on aime et rechercher les contextes qui apportent habituellement joie et bien-être dans notre vie, etc.

 

En conclusion

Les changements et les pertes sont inévitables sur le parcours de la vie. Voilà pourquoi il est essentiel d'apprendre à les apprivoiser, tout autant que de se familiariser avec ce qu'ils nous font vivre et les stratégies qu'on peut utiliser pour y faire face.

Ainsi, au prochain bouleversement, oui, on risque d'être de nouveau déstabilisé, mais nous aurons des points de repères pour comprendre ce qui arrive et savoir ce qu'il est en notre pouvoir de faire pour faciliter la transition et bien s'adapter.

 

Suggestions de lecture

Cirulnik, Boris. (1999). Un merveilleux malheur. Éditions Odile Jacob.

Monbourquette, Jean. (1994) Aimer, perdre et grandir. Novalis.

Poletti, R. et B. Dobbs. (2001). La résilience. Éditions Jouvence.

 

0 commentaire