Commentaires 0 Favoris 0

Mammouth, stress et C.I.N.É., vous connaissez ?

Équilibre Accomplissement personnel Capacité d'aimer la vie Résilience Souplesse Stress
Partager la ressource

Le stress n'est pas bon… Le stress est un état provoqué par la pression du temps et par des demandes qui excèdent nos ressources personnelles… Voici quelques affirmations qu’il convient de démentir selon les recherches sur le stress menées, entre autres, par Sonia Lupien, Ph.D., Directrice du Centre d’études sur le stress humain de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et auteur du livre Par amour du stress.

 

Le stress, c'est du CINÉ

Qu'est-ce que le stress? C'est la réponse de notre corps face à une situation qui est détectée par notre cerveau comme étant menaçante; le corp produit de l'adrénaline et du cortisol, appelés hormones de stress qui nous font réagir presque instantanément face à la menace. C'est ce qui a permis à l'humain depuis la préhistoire, de survivre, de combattre ou de fuir le mammouth!

Cette réaction de stress aigüe est certes utile pour faire face aux dangers : par exemple freiner parce qu'on a vu rapidement un chevreuil se lancer sur la route ou encore intervenir auprès d'un enfant victime d'étouffement au cours d'un repas. Ainsi, le stress n'est pas que mauvais...

Et c'est grâce à une certaine dose de stress que nous arrivons à relèver de nouveaux défis au travail ou que l'on tente de nouvelles expériences qui nous procurent de la joie et du plaisir!

Mais qu'arrive-t-il lorsque nous nous sentons toujours entourés de mammouths, que l'état d'alerte physiologique est infini, qu'on n'arrive plus à revenir au calme parce que les situations stressantes s'accumulent les unes après les autres ?

On parle donc de stress chronique, qui apporte son lot de désordres physiques et psychologiques : système immunitaire affaibli qui fait en sorte que nous soyons souvent malade dès les premiers jours de vacance, témoin d'une mauvaise digestion, trous de mémoire, émotions à fleur de peau, etc.

Or, la science nous renseigne sur nos mammouths contemporains, sur les situations qui nous amènent du stress. En effet, pour que le corp produise des hormones de stress, une ou plusieurs des quatre caractéristiques suivantes doivent être présentes : Contrôle faible, Imprévisibilité, Nouveauté et Égo menacé, d'où l'acronyme du C.I.N.É.


1. Contrôle faible

Vous avez l'impression que vous n'avez aucun ou très peu de contrôle sur la situation.

  • Au travail, une réorganisation s'annonce sans être consulté sur les changements qui seront apportés à votre poste.
  • Vous apprenez que votre père souffre de la maladie d'Alzheimer et qu'il doit quitter son domicile.


2. Imprévisibilité

Quelque chose de complètement inattendu survient ou encore, vous ne pouvez pas savoir à l'avance ce qui va arriver.

  • Votre enfant a des troubles de comportement et vous recevez à tous moments, des appels de l'école pour divers méfaits.
  • Vous devez faire le remplacdement de votre patron à pied levé à une réunion pour laquelle vous n'êtes pas préparé.


3. Nouveauté

Quelque chose de nouveau que vous n'avez jamais exercé se produit.

  • Vous prenez votre retraite et vous vous installez de façon permanente à votre maison de campagne.


4. Égo menacé

Vos compétences et votre égo sont éprouvé. On doute de vos capacités personnelles.

  • Un collègue remet en cause une de vos décisions et ce, devant vos employés.
  • Votre frère critique la façon dont vous êtes intervenu lors d'une dispute entre son enfant et le vôtre.

Il faut savoir que ces quatre ingrédients du stress sont cumulatifs : plus il y a d'éléments du C.I.N.É qui caractérisent une situation, plus la situation est stressante et plus notre corps produit des hormones de stress.


C.I.N.É. et stratégies de gestion du stress

La bonne nouvelle avec le C.I.N.É., c'est qu'une fois que l'on comprend ce qui nous amène du stress dans une situation, on peut en restreindre la portée; c'est-à-dire littéralement réduire la production d'hormones de stress. Voici quelques stratégies de gestion du stres qui ont été éprouvé. 


1. Déconstruire et reconstruire nos situations stressantes

Il s'agit d'identifier quels éléments du C.I.N.É. sont en cause puis de prévoir un plan B, C ou D selon le type de situation. Le simple fait d'avoir l'impression de comprendre la source du stress et de savoir qu'on peut réagir autrement réduit la production des hormones de stress.


2. Fuir... temporairement

En état de stress aigu, quitter temporairement les lieux de la situation stressante lorsque possible, peut nous donner le temps nécessaire pour arriver à déconstruire la situation et trouver de nouvelles solutions pour ensuite y faire face plus efficacement.


3. Interagir avec les autres

Les études démontrent que le soutien des autres peut nous protéger du stress en nous apportant des ressources matérielles ou émotionnelles. Briser l'isolement nous aide à faire face au stress.


4. Utiliser son corps

Respirer profondément par le ventre, faire de l'exercice et rire abondemment sont autant d'activités qui permettent de sortir le corps de l'état d'alerte et de le ramener à la normale.


En conclusion

Le stress qu'on vit au quotidien, au travail ou à la maison, c'est d'abord une réaction physiologique face à une situation dont notre cerveau a jugé comme étant mancante. Aussi, entre la menace et la réaction physiologique, il y a une interprétation sur laquelle nous avons un certain contrôle. Si vous avez besoin de soutien pour mieux gérer votre stress, MonAlliéSanté.com est là pour vous aider.

 

Martine Joyal, CRHA, ACC

Tiré du livre Par amour du stress, Éditions au Carré, 2010, Sonia Lupien, Ph.D., Directrice du Centre d'études sur le stress humain.

0 commentaire